[ Stream & Album Review ] Tame Impala – Currents

Publié le 18/07/2015 | Par Sébastien |

Après les très bons InnerSpeaker et Lonerism, ce troisième et nouvel album de Tame Impala était plus qu’attendu. La bande à Kévin Parker, en diffusant ça et là quelques titres, avait su faire monter l’intérêt déjà grandissant autour de ce nouvel opus. Avec Let It Happen, ‘Cause I’m A Man ou Disciples, Tame Impala avait déjà un peu dévoilé le chemin pris avec Currents. Car on peut carrément parler de virage lorsqu’on évoque la tournure musicale prise par les australiens. Avec ces synthés bien plus présents et ses boucles, cet album montre une nouvelle facette du groupe : ballades mélancoliques, morceaux plus accessibles (à la limite pop parfois) et un Kévin Parker plus que jamais mis en avant au chant. Déstabilisant durant les premières écoutes, ce Currents prend son envol dans la durée et le génie (n’ayons pas peur des mots) de la tête pensante de Tame Impala se révèle. Loin de faire table-rase, au contraire, de leur néo-psychédélisme assumé, le quintet réussit à y additionner la teinte électronique et le résultat est tout bonnement réussi. Des 70’s, Tame Impala rejoint les 80’s faisant parfois référence musicalement à certaines productions de l’époque. En effet, on a parfois l’impression d’entendre des instrus de titres de Michaël Jackson, sans parler de ce claquement de doigts redondants sur plusieurs morceaux.
Je ne dirai pas que ce nouvel opus ira jusqu’à diviser les plus fans du groupe australien, mais cette évolution pourra en surprendre plus d’un et ce, même si Currents enchaîne vraiment les très bons titres. Même les interludes Nangs et Gossip, aussi courtes soient-elles, ont un sens et méritent l’écoute.

À découvrir très vite si ce n’est déjà fait, en plus du reste de la discographie de Tame Impala qui vaut réellement le détour.

à propos de l'auteur de cet article

Totalement geek de musique (ou juste geek tout court en fait), l'univers musical de Seb oscille entre indie, electronica et pop. Tout un programme. #MusicGeek #WebAware #PastPresentFuture

Pas de commentaires, merci.