[ Retour sur ] Festival Lives au Pont 2015

Publié le 14/07/2015 | Par Sandrine |

C’est encore une belle édition que nous ont offert les organisateurs des Lives au Pont. Et ce n’est pas la foule, bien au rendez-vous et en nombre durant ces 2 jours, qui dira le contraire. Il faut dire que les artistes attendus étaient à la hauteur de l’événement et du lieu qui fête cette année ses 30 ans d’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.
Le jeudi démarrait le début des hostilités avec une programmation plus urbaine (comme chaque année). La soirée débutait avec DJ Oil qui nous offrit une bonne mise en bouche. max-ent-coverRelayé par le groupe de hip-hop nîmois Krazy Space (lauréat de la bourse des jeunes talents 2012 et sélectionné pour les Before) qui prit le relais de belle manière avec son flow rageur qui n’est pas sans rappeler celui d’ Eminem. La foule jusqu’ici éparpillée, commençait à s’agglutiner devant la scène quand les londoniens de Jungle firent leur apparition. Leur néo-funk ultra-jouissif fait bien le job et il n’en fallait pas moins pour bien chauffer le public. Parfait pour introduire les tant attendus Cypress Hill. Les superstars du hip-hop ont carrément mis le feu avec une prestation qui fut, en un mot, ÉNORME ! Un des grands moments de ce Lives au Pont 2015, sans hésiter. Après tant d’émotions, nous découvrions The Parov Stelar Band, formation du dJ autrichien Marcus Füreder qui sample le rétro avec finesse. Un bon moment dancefloor avec sa chanteuse charismatique qui a su séduire le public. Et c’était au new yorkais Theophilus London avec son hip-hop alternatif et au frenchy Brodinski venu défendre son dernier opus Brava,de terminer la soirée.

Retour le lendemain, avec des parkings toujours aussi bondés, et cette fois-ci une population un peu plus familiale, surement dû au fait que nous étions la veille du weekend et que le booking était plus axé Pop que le soir précédent. Il revenait à la chanteuse Cil de commencer. L’artiste, originaire des Cévennes, nous a offert un son rock teinté de blues. Une belle transition juste avant l’arrivée des belges de Balthazar et de leur rock vaporeux. Le passage en revue des titres de leur dernier album « Thin Wall » qui nous donnait des frissons sous cette chaleur plombante. Les changements de plateau étaient assurés ce vendredi par les avignonnais d’Autoreverse qui ont su les rendre bien dansants avec une sélection French Touch qui a trouvé écho auprès du public (notamment un petit « Gymtonic » du Bob Sinclar de la belle époque). max-ent-coverC’était ensuite au tour du duo glamour et pailleté Brigitte, de nous offrir leur pop sucrée. Les deux belles tournoyaient au milieu des palmiers dorés et autres flamingos qui ornaient la scène dans une ambiance teintée de Disco et d’africanisme. Le public féminin reprenait en chœur leurs tubes et le finish sur leur reprise de « Ma Benz » de NTM finissait de conquérir les festivaliers. On ne le cache pas, nous les adorons et nous attendions un peu (beaucoup) de les voir sur la scène des Lives : Lilly Wood & The Prick arrivaient enfin. Dans une prestation bien énergique, le duo a joué une sélection de titres de leurs deux albums ainsi que quelques morceaux de leur prochain opus Shadows qui sortira au mois d’Octobre. Comme Brigitte, leur « Prayer In C » joué façon Robin Schultz Remix a cloturé leur prestation sur une très belle communion avec le public. Les Lives au Pont passaient ensuite en mode Club avec le trio de Djs parisien Apollonia composé de Shonky, Dan Ghenacia et Dyed Soundorom. 1h30 de show où ils ont fait parler leur science du mix et transformé le parterre du Pont du Gard en véritable dancefloor géant. Un poil trop long, peut-être à cause de l’attente de voir Flume qui prenait les platines juste derrière. Il lui revenait de cloturer ces 2 soirs de Festival et il a été clairement à la hauteur de sa réputation autant musicalement que visuellement.

Après une édition 2014 qui nous avait plus qu’enthousiasmé, cette version 2015 du Festival Lives au Pont poursuit sur sa belle lignée : une programmation originale, son environnement inimitable au pied du Pont Du Gard et un public plus que fidèle. Un Succès, on vous dit.

Photo de Brigitte par Thomas O’Brien © www.thomasobrien.fr pour O2 PROD.

à propos de l'auteur de cet article

Pas de commentaires, merci.