Nina Kraviz – Ghetto Kraviz

Publié le 25/05/2012 | Par Mike |

Cette DJette russe transporte la house music dans l’univers des rêves, un mariage contre-nature qui fait des merveilles.

Le premier album éponyme de cette jeune DJette russe est à l’image de son physique enjôleur : terriblement troublant. Des compositions à la limite de l’anorexie et pourtant emplies d’une personnalité généreuse. Sous le mannequin glacé se cache une âme joueuse, déterminée à casser les frontières entre la nuit des danseurs et la nuit des rêveurs. False Attraction serait ainsi le côté sombre d’un morceau UK Funky, l’histoire d’une piste fantôme ou d’un mauvais trip. Choices, avec ses beats en sourdine, un dancefloor projeté dans les limbes. Entre les deux, Working opte nettement pour l’ambient ; mais son clap est certifié club. Ce triptyque place, à lui seul, l’album parmi les grands moments du début de l’année.

La belle Nina nous offre aussi de vraies pulsations dance : Love Or Go ou le single Ghetto Kraviz. Mais plane toujours cette impression étrange de vivre un songe, sensuel et mortifère, suscitée par l’inquiétant murmure de Best Friend ou le faux rythme hip hop de Turn On The Radio. L’album s’achève sans ambiguité dans les bras de Morphée, maître des prémonitions (Petr ; The Needle ; Fire). Rêve ou non, il ne fait en tout cas plus de doute que Nina Kraviz a un bel avenir devant elle. ( sources : les inroks )

__________________________

FacebookSoundcloud

à propos de l'auteur de cet article

Une passion devenue un état d'esprit, ce n'est pas ses envies qui guident ses choix musicaux mais bien ses humeurs. De Barry White à How To Dress Well, c'est bien la diversité qui rythme ses heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *