[Interview] OK BONNIE

Publié le 25/05/2013 | Par Mé Lo |

922724_598743610150912_2013832796_n

Ok Bonnie c’est  une rencontre entre Bonnie (alias Justine Bonneville) une jeune auteur, chanteuse-guitariste et

Benjamin Rippert auteur-compositeur et producteur. L’électro s’impose à eux comme une évidence et pourtant les influences rock et pop de Justine se frayent un chemin.

Leur son n’appartient à aucune famille, une  électro-pop-rock, une identité unique; ce qui leur vaut de devenir les chouchous des Inrocks, vainqueurs de leur concours de découvertes musicales.

Dans un souci d’indépendance, ils décident de créer leur propre label (GreenWell) qui leurs sert de maison de disque mais aussi de pôle artistique; permettant des rencontres réalisateur/musiciens où tout le monde travaille en osmose.

A l’occasion de la sortie de leur premier album ON le 10 juin, nous avons rencontré la magnifique Justine Bonneville qui a répondu à nos questions, tout en douceur …

_____________________________

Découvrez ou redécouvrez OK Bonnie avec leur premier single tiré de ON: YNSL – On adore.

________________________

Mélodie:  OK BONNIE – un clin d’œil à Bonnie & Clyde; Justine et Benjamin prêts à braquer la scène internationale ?

Justine :  On est des grands fans de Gainsbourg, donc quand il a fallu trouver un nom, on s’est tourné vers des artistes qu’on aime beaucoup « OK Computer » de Radiohead et « Bonnie & Clyde » de Gainsbourg.

Même si on ne retrouve pas littéralement ces influences sur l’album, ce sont des artistes qui nous inspirent et qu’on adore.

Mélo : Si on résume l’histoire du groupe ;  c’est une rencontre, un coup de foudre artistique ?

Justine : Une rencontre entre Benjamin Rippert et moi. On travaille depuis pas mal d’années ensemble et toute cette collaboration a mûrie sur le projet OK BONNIE. C’est un vrai duo, Ben compose et produit et je suis auteur interprète.

Mélo : Vous faites appel à d’autres musiciens sur scène, en studio ?

Justine : Le studio c’est principalement nous deux. Sur cet album les prises batteries sont faites par Arhur (Billiès) On a travaillé en deux étapes ; la production électronique d’abord, en essayant de l’épurer un maximum. Ensuite on a placé l’acoustique par-dessus. On travaille beaucoup plus avec les machines, on s’amuse avec l’ATR, des synthés analogiques vintage que Ben affectionne particulièrement (NDLR: Ben Tourne au clavier pour Laurent Garnier) et qui ont une belle place sur cet album.

Mélo : On peut difficilement définir votre son, vous mettre dans une case. Un peu de rock, beaucoup d’électro, une once de techno. Comment vous décririez votre son ?

Justine : On appartient à aucune famille c’est vrai. On a des goûts musicaux très variés ; Ben est un grand fan de Jazz – Weather Report, Miles Davis ; ensuite on part sur du rock – Radiohead, Jeff Buckley ; l’électro- Aphex Twin, Garnier, Scan X  et un gros faible pour Gainsbourg !

Mélo : On vous voit bêtes de scènes en Live, très intense ; avec le premier E.P. vous avez principalement fait de la scène. C’est différent de se poser sur un album, plus mature ? L’expérience est différent ?

Justine : Avant on avait tendance à travailler sans limite de temps, faire de la musique pour nous, ne se soucier rien. Cette fois, l’album c’est fait beaucoup plus vite, on voulait travailler dans une période courte pour fixer le moment. Le contexte était assez familial car le label GreenWell est mené entre autre par Benjamin.  David Guionet qui est réalisateur est aussi sur le label et on a pu laisser libre court à sa vision et son imagination sur le clip de YNSL (voir ci-dessous) ; il était présent lors de la création de l’album et a compris la direction que nous voulions prendre.

Mélo : YNSL (You Need to See the Light) est le premier titre sortie de l’album ON. Le clip est à la fois angoissant avec un motto assez positif; que voulez-vous nous raconter ? 

L’idée est partie de Ben, David et Fred (NDLR: GreenWell Productions). Beaucoup de gens qui ont écouter le morceau pensaient que c’était des voix d’enfants – C’est moi qui fait les voix … (rires) l’intention était de partir sur ce côté naïf de l’enfance et à la fois montrer que les enfants sont quelque part très violents et peuvent avoir des émotions et réactions très directes. On est dans la réalité et à la fois dans un univers assez … onirique

Mélo: L’onirisme se ressent dans le son, très feutré, qui nous transporte – entre rêve et réalité. C’est ce qui ressemble le plus à l’album ? 

Justine: C’est un des morceaux le plus fourni au niveau de l’arrangement, le plus acoustique aussi …

Mélo: Le plus accessible peut être à des oreilles non averties ? 

Justine:  Je pense, en tout cas c’est les retours que nous avons eu. On ne la pas fait pour çà (rires) mais c’est celui qui parlait le plus aux gens. On a envie de partager la musique que l’on fait pour nous. Après le reste de l’album est très musical, on laisse beaucoup plus place à la mélodie

Mélo: On vous souhaite d’exploser avec cet album. Une tournée de prévue ?

Justine: La tournée va commencer en septembre car l’album sort un peu tard (le 10 juin). On joue dimanche 19/05 pour Marseille 2013; au Yeah Festival à Lourmarin (monté par Laurent Garnier) le 7 juin. Le 10 juin on va faire un live pour la sortie de l’album sur France Inter et en septembre on attaquera vraiment la tournée avec des dates sur Paris.

Mélo: Merci OK BONNIE de nous avoir reçus et on attend avec impatience la sortie de ON dans moins d’un mois!  

_______________________________

FacebookOk Bonnie

à propos de l'auteur de cet article

La touche féminine du drive-in. Avide de nouveautés, sa sensibilité est principalement hip-hop, mais pas de discrimination ; elle écoute de tout et retient ce qui l’inspire. La musique coule dans ses veines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *