[ Album ] Tyler The Creator – Wolf

Publié le 08/04/2013 | Par Mé Lo |

« With this, I want black kids to like me » Voilà comment Tyler Okonma, The Creator qualifie son nouvel opus Wolf sorti en début de semaine.

Lorsqu’on écoute Tyler on ne pense pas tout de suite au soleil, longs cheveux blonds, et planches de surfs qui pourraient qualifier la Californie. Pourtant je trouve que tout le collectif OFWGKTA est en qualité de rap, tout ce qu’il y a de plus Californien.

Les rappeurs sont souvent, se ce n’est toujours, influencés par leur culture locale, d’où ils viennent ; et le revendiquent. Avec Tyler et ses acolytes, on se retrouve dans une Southern California dure, sale mais baignée de soleil. On est escorté par un gang de skaters, drôles, stupides, bourrés de talent.

Tyler est arrivé dans le game comme un ovni, il a surpris en montrant sous son air innocent un art violent, trash, qui peut être flippant parfois … là réside son géni.

Ses deux opus précédents, étaient à la limite du passable, à se demander si il fallait rire ou se plaindre.

Avec Wolf, Il s’amuse avec la musique, expérimente, rend son album théâtral, ennuyeux, excitant ; le tout alimenté par la weed. On voit Tyler grandir, il fait attention à la qualité, paufine son son, ses productions et son image.

Entre tous les alter aego de Tyler, c’est de la poésie, comme une thérapie. L’imagerie est parfaitement réfléchie et partie intégrante du projet. Un album à écouter et à regarder.

‘48’ est le titre qui sort du lot. La vision de Tyler sur la chanson de Frank Ocean ‘Crack Rock’. Une vibe totalement différente de l’album, que ce soit dans la diction ou l’exécution … C’est agréable.

L’amour est également un thème majeur du LP. ‘Awkward’ revient sur des amours adolescentes ; ‘Answer’ est une lettre ouverte à un père absent ; ‘IFHY’ (I F****** Hate You) traite de possessivité et de jalousie avec l’aide de Pharell.

Sur ‘Domo 23’ que l’on connait, il menace gentiment One Direction et dans ‘Colossus’ il nous prévient de ne jamais lui demander un autographe …

On retrouve pas mal de guests d’amis du Wolf: “Slater” avec Frank Ocean, “Rusty” avec Earl Sweatshirt et Casey Veggies; et “Treehome95” featuring Coco O and Erykah Badu, qui domine la majeure partie de ce mélange jazzy.

Tyler c’est l’élève frustrant du rap : Une intelligence hors du commun, un potentiel et un talent indéniable mais pas trop de sérieux et de rigueur pourtant essentiel dans ce métier. Sans effort, il réussi à nous transporter dans un monde dont lui seul a la clé.

« I did this out of boredom » Il a l’air de ne pas s’en soucier ; peut-être une façon de cacher ses émotions, être moins impliqué et ne rien dévoiler…

Cet album sonne tel un conte de la vie du Creator. Une enfance parfois difficile, une bande d’amis, les filles, la gloire.

Je vous le conseille pour découvrir Tyler, ou le redécouvrir avec ma petite sélection ci-dessous:

____________________________

FacebookOFWGKTA 

à propos de l'auteur de cet article

La touche féminine du drive-in. Avide de nouveautés, sa sensibilité est principalement hip-hop, mais pas de discrimination ; elle écoute de tout et retient ce qui l’inspire. La musique coule dans ses veines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *