[ Album Review ] Stephan Bodzin – Powers of Ten

Publié le 06/06/2015 | Par Pierre |

Il y a des artistes que l’on aime suivre plusieurs années voire dizaines d’années, Stephan Bodzin fait parti de ceux là.
2015 sonne l’heure du renouveau pour cette icône de la musique électronique Allemande et internationale, car oui… déjà 8 années se sont écoulées depuis le premier opus intitulé « Liebe Ist ».
Cette suite logique s’inscrit donc dans le temps d’une vie qui avance, l’album « Powers of Ten » digne successeur, m’est alors apparu comme plus mûr et parfois plus doux que son prédécesseur.
Gardons tout de même à l’esprit que malgré un certain ajout d’édulcorant dans cette friandise aux 10 parfums, la profondeur des synthétiseurs généreux dans les basses et lead à la fois tranchants et trancey, resteront toujours cette empreinte indélébile du Maestro.
Cette précision d’horloger-orfèvre mène la danse des notes à la baguette dans une musique électronique épurée qui se veut résolument humaine. Le tout parfaitement orchestré du début à la fin. Ainsi « Birth » nous fait part d’un heureux instant de bonheur, ou bien encore « Lila« , tandis que les massifs « Ix » et « Blue Giant » marquent un rappel aux origines du fameux Moog empreint d’un rugissement féroce et colérique, juste avant la légèreté spatiale de « Sputnik ou « Odyssee« , ou le très aérien « Wir« .
Les mélodies créent un voyage, le genre qui vous prend aux tripes et vous serre le coeur. Stephan l’a bien compris, le groove omniprésent est toujours surélevé d’un accord, une tonalité, un vrombissement ou bien un bruit blanc qui vous procurera à coup sur un ascenceur émotionnel intense et ne laissera personne indifférent.
Il écrit sa musique à l’image de la vie avec ses hauts ses bas, ses tourments mais surtout ses joies immenses.
Le mot de la fin viendra simplement après quelques écoutes de ce très bon cru, comme un excellent repas qui se déguste de bon coeur de l’apéritif au dessert, sans fausses notes.
Un certain vent d’espoir quelque peu tourmenté mais qui fini toujours, à la manière d’un bon film, de manière heureuse.

à propos de l'auteur de cet article

Pas de commentaires, merci.