[ Stream & Album Review ] Muse – Drones

Publié le 18/07/2015 | Par Pierre |

Voici donc en plein été caniculaire le retour triomphal du trio pop-rock avec leur dernier album traitant d’un sujet plutôt engagé comme à leur habitude, intitulé « Drones« … J’appelle MUSE à la barre !
Ils avaient laissés certains de leurs fans les plus absolus un peu interloqués avec le précédent opus The 2nd Law qui partait parfois un peu dans tous les sens musicalement, bien que la prise de risque (que certains nommeront « commerciale ») ait été finalement saluée.
Quelle ne fût pas la surprise en découvrant les deux premiers titres de Drones : Psycho et Dead Inside, nous retrouvions là immédiatement l’empreinte Muse, mais plutôt édulcoré et formaté. Suite à cette découverte TV/radio j’étais resté particulièrement perplexe.
Puis arrive l’album complet, douze titres au total dont deux interludes. Sous la houlette du producteur star Robert Mutt Lange d’AC/DC, une première écoute qui dévoile tout le potentiel artistique d’une telle équipe et surtout un retour aux sources, car oui cet album est un come-back quelques années en arrière, les influences des précédents albums sont condensés dans ce blockbuster de 2015.

Alors pour les puristes oui, nous sommes loin du Bellamy explosant par terre littéralement une guitare à chaque concert, tout s’est posé, les adultes/ados qu’ils étaient sont devenus papas et ça se ressent, dans le bon sens du terme comme c’était déjà le cas maladroitement dans The 2nd Law.

Que ce soit Mercy, Reapers et son intro démente ou bien The Handler qui nous offre un contre temps en arpège vers 2.30 min assez monstrueux, nous ne finirons pas de bouder notre petit plaisir avant d’avoir éplucher Defector, Revolt & Afermath.

Il faut dire qu’il n’y a pas de fausse note dans cet album, l’histoire se suit de part en part et se termine sur le magnifique The Globalist morceau de 10 minutes qui débute avec Chris qui sifflote, surélevé d’un solo de guitare/piano et voix suave de Bellamy, tandis que Dom’ nous gratifiera d’une partition de batterie juste parfaite. Ce morceau est une véritable démonstration de leur savoir faire et leur étendue musicale, on ressent à 200% les influences primaires d’un Radiohead-The Bends, trois changements de rythme plus tard nous viendrons atterrir sur « Drones » qui est un chœur purement acapella à vous donner la chair de poule !

Je finirais sur le simple fait qu’actuellement ils sont un des rares groupes à réussir à vous donner ce frisson que ça soit en les voyant à la TV performer au festival des vieilles charrues qu’en live dans une salle de concert, une telle énergie qui se dégage de leur musique, juste indescriptible. A vivre/consommer sans modération ! 😉

à propos de l'auteur de cet article

Pas de commentaires, merci.